La seconde guerre mondiale

La Seconde Guerre Mondiale

I] Les deux camps :

L’Axe : camp des dictatures : Allemagne, Japon, Italie
Les alliés : camp des démocraties : France, Royaume Uni + colonies, Pologne puis juin 1941 : URSS (auparavant neutre suite au pacte germano soviétique d’août 1939) et décembre 1941 USA…

II Les grandes phases de la guerre
A]  1939 – 1942 : les victoires de l’Axe

Début guerre : 2 septembre 1939 suite à l’attaque de la Pologne par l’Allemagne

De sept 1939 à avril 1940 : « Drôle de guerre »

Avril à juin 1940 : la guerre éclair : toute l’Europe de l’ouest est conquise par l’Allemagne sauf Royaume Uni.

Pour faire plier le R U, bataille d’Angleterre d’août à octobre 1940 après son échec début bataille de l’Atlantique (Blocus)

 B] 1942 : Une année charnière :

Renforcement des alliés en 1941 avec URSS et USA
Contre offensive des alliés = fin des victoires de l’Axe. Début des débarquements : 1er en Afrique

C] Le tournant de la guerre (1942-1943)
Les offensives des dictatures sont contenues grâce à l’effort de mobilisation de l’économie des Alliés : c’est la guerre totale.
Dans le Pacifique, victoire américaine sur le Japon à Midway (juin 1942).
En Afrique, victoire britannique sur les Allemandes à El-Alamein (octobre 1942).
A Stalingrad, les troupes allemandes capitulent face à L’Armée Rouge (février 1943).

II L’Europe sous la domination nazie

A] L’Europe est un immense supermarché de l’Allemagne

Réquisition des denrées, produits agricoles et industriels, matières premières
Paiement de frais d’occupation
Main d’œuvre (STO)

B] La solution finale
Au début de 1942, les Allemands tenaient sous leur botte 9 millions de Juifs (sur un total de 11 millions vivant en Europe et en Union Soviétique), avec l'intention, bien entendu, de les massacrer tous.
Les tueurs des Einsatzgruppen avaient éliminé à la mitrailleuse un million et demi de Juifs. Cela n'était cependant pas un moyen efficace de tuer tous ces millions de gens : il était trop désordonné, trop lent, et d'un coût trop élevé en munitions.
C'est pourquoi les Allemands ont entrepris une politique appelée la " Solution finale ", qui a été décidée au cours d'une conférence tenue à Wannsee, près de Berlin, le 20 janvier 1942 :

"Au lieu de l'émigration, il existe maintenant une autre solution possible à laquelle le Führer a déjà donné son accord. Il s'agit de la déportation vers l'est. Bien que ce ne doive être considéré que comme une mesure provisoire, cela nous fournira l'expérience pratique qui sera spécialement valable lorsque sera entreprise la future solution finale. Au cours de la mise en œuvre pratique de la solution finale, l'Europe sera balayée d'ouest en est".

La " Solution finale " - le gazage systématique de millions de Juifs - a été mise en place principalement par les chefs de la Gestapo, à savoir Adolf Eichmann et Reinhardt Heydrich.
Sur les 24 camps de concentration (outre les innombrables camps de travail), six " camps de la mort " à proprement parler ont été créés, à savoir :

Auschwitz - 2 millions de personnes massacrées

Chelmno - 360 000 personnes massacrées

Treblinka - 840 000 personnes massacrées

Sobibor - 250 000 personnes massacrées

Maïdanek - 200 000 personnes massacrées

Belzec - 600 000 personnes massacrées.

III] Sur la France dans la Guerre

Pétain est président du conseil le 16 juin 1940 et obtient  le 10 juillet 1940 les pleins pouvoirs de l’Assemblée Nationale (569 voix pour, 80 contre et 20 abstentions).
Après la défaite de juin 1940 Pétain fait le choix de la cessation des combats. Il demande l’armistice le 17 juin 1940.
Comment Pétain justifie-t-il la demande d’armistice, de la cessation des combats ?
Par l'infériorité en nombre et en armes de la France (débâcle) et par la situation des réfugiés (exode vers le Sud). Des millions de français fuient devant l'avancée des troupes allemandes.
Comment  présente-t-il la prise de contact avec l'adversaire ?
  Il dédramatise la prise de contact avec l’adversaire, la présentant comme une négociation sur un pied d’égalité.
La mention dans "l'honneur " se veut rassurante : ce n'est pas une France vaincue qui s'abaisse devant l’ennemi.
Qu'attend Pétain des Français ? 
Il attend un soutien  sans faille et décourage  indirectement toute tentative de résistance à la situation .Il a donné sa personne à la France " Je fais à la France le don de ma personne «, il attend des Français qu'on lui fasse entièrement confiance.
L'armistice (24 articles)  est signé le 22 juin 1940. La France est coupée en deux ; la zone occupée au Nord et à l’ouest et la zone "non" non occupée  dite libre au Sud  par la ligne de démarcation. L’Alsace et la Lorraine sont annexées au 3eme Reich.
Pétain met en place un régime autoritaire (totalitaire) et prend une série de mesures appelées "REVOLUTION  NATIONALE "  

LA REVOLUTION NATIONALE : politique du régime de Vichy fondée sur la remise en cause de la démocratie (suppression des partis politiques, des syndicats), des libertés individuelles, sur l’exclusion des juifs et le retour des valeurs traditionnelles. Pétain dit que « C'est à un redressement intellectuel et moral »

La nouvelle devise de l’état français est « Travail (Les syndicats sont supprimés. Le droit de grève est supprimé. Le retour à la terre est encouragé. Tout comme l’artisanat), Famille  (On encourage la famille traditionnelle. Le divorce est rendu plus difficile. La natalité est encouragée. Femmes  au  foyer. Création de la fête des mères. Retour aux valeurs catholiques), Patrie (La jeunesse est encadrée dans les " chantiers de jeunesse "en remplacement du service militaire.

" France aux français "contre les étrangers et les juifs. Régime antisémite et xénophobe)

Le régime de Vichy est antisémite car il s'attache à exclure les juifs de la communauté nationale. Ex : Les lois d'exclusions d'août et octobre 1940, qui frappent francs-maçons et Juifs d'interdictions professionnelles 

Le régime politique devient :

Autoritaire c'est à dire antidémocratique.
 Sont supprimés les partis politiques, la liberté de la presse, le suffrage universel, les libertés individuelles et collectives……….

Collaborateur : la collaboration débute avec la rencontre entre Pétain et Hitler, en octobre 1940, à Montoire  puis s'accentue avec Pierre Laval (« premier ministre »).

Quelles sont les formes  de  collaboration ?    

° Création de la Milice, police française contre les Juifs et les Résistants.

° Création de la LVF, la légion des volontaires français contre le bolchevisme, le communisme.

° Pétain cède aux exigences de plus en plus grandes de l’ennemi.

Les dommages de guerre sont énormes, la France a la charge des frais d'entretien de l'armée d’occupation, à raison de 400 millions de francs par jour soit 140 millions de francs soit 21 millions d’Euros environ (je crois !!!!!)

La France est soumise aux réquisitions industrielles et agricoles ; elle est soumise au pillage économique au profit  de l'Allemagne nazie.

Ponction de main d'œuvre  avec la "relève " puis le STO,  le service du travail obligatoire (1943).

Le régime de Vichy est né de la défaite. Le maréchal Pétain demande l'armistice le 17 juin 1940 qui est signé le 22 juin 1940. La France est alors découpée en plusieurs zones.

Les pleins pouvoirs sont accordés à Pétain le 10 juillet 1940, ce qui met fin à la Troisième République et institue "l’Etat Français ". Le nouveau régime est marqué par l'établissement d'un pouvoir personnel, organisant un culte de la personnalité du maréchal.

La "Révolution Nationale " repose sur  la devise "Travail, Famille, Patrie «.

Pétain fait le choix de la collaboration avec l'Allemagne nazie .Cette collaboration prend des formes diverses : économique avec le STO, politique avec la formation de la Milice, militaire avec la LVF ……..

Vichy  va  jusqu'à  anticiper les mesures antisémites. Les autorités françaises ont organisé l'internement et la déportation de 76 000 juifs étrangers et français.

IV] La Résistance : symbole de la lutte pour la liberté et les droits de l'Homme .

 Le l8 juin 1940, le Général de Gaulle a lancé à la BBC de Londres un appel à la population française: il leur demandait de résister et de continuer la lutte contre l'Allemagne. C'est l'appel célèbre du 18 juin. Le 22 juin, il a répété le même appel et a utilisé le terme Résistance.

A ce moment, le seul pays allié encore en guerre contre les Allemands était le Royaume Uni. De Gaulle a été reconnu par Winston Churchill (premier ministre britannique) comme le Chef des Français Libres. Ainsi, il a pu recruter des volontaires dans les troupes françaises en Angleterre: ceux qui voulaient continuer la lutte. Il a formé les Forces Françaises Libres. Mais, la destruction de la flotte française à Mers el-Kebir par les forces britanniques (pour qu'elle ne tombe pas entre les mains allemandes) a eu pour résultat que peu de personnes ont répondu aux appels de De Gaulle.

Entre juin et septembre 1940, toutes les colonies françaises rejoignent le camp de la France Libre du général. Ainsi, la France Libre pouvait maintenant compter sur 30 000 hommes. Ceci aussi donnait une plus grande autorité au Général de Gaulle, comme chef.

En 1942, le général de Gaulle  charge Jean Moulin d'unifier les mouvements de résistance et tous leurs différents services (propagande, renseignements, sabotage, entraide, etc.) sur le territoire français et notamment le plus important mouvement Combat dirigé par Henri Frenay, afin d'en faire une armée secrète des forces françaises libres complètement placée sous ses ordres. Il fonde le CNR : Conseil National de la résistance.

 La résistance intérieure française, appelée en France La Résistance, désigne l'ensemble des mouvements et réseaux clandestins qui durant la Seconde Guerre mondiale ont poursuivi la lutte contre l'Axe et ses relais collaborationnistes sur le territoire français depuis l'Armistice du 22 juin 1940 jusqu’à la Libération en 1944.

Elle revêt deux formes.

La Résistance extérieure

A Londres Le général de Gaulle  appelle à résister le 18/06/1940

Les FFL : Forces Françaises Libres qui vont participer à la libération de l’Europe lors des débarquements. C’est par exemple la 2eme DB (Division de Blindés) du général Leclerc qui libère Paris.

La Résistance intérieure.

 Jean Moulin les organise dans le CNR

Comment est-elle organisée ? Les Réseaux

(Sabotage, espionnage pour les Alliés, évasion de prisonniers, assassinats de SS ou Collabo)

 Les Mouvements

°Journaux clandestins pour informer la population/ lutter contre propagande nazie

°Tracts…

Les résistants ont aussi falsifié des documents (actes de naissances, mariages…) permettant de sauver des juifs puis par les filières de les sortir de France.

L’antinazisme s’est aussi la population qui tousse lors d’un film de propagande au cinéma.

Groupes armés dans les zones de montagne : les maquis.

Répression impitoyable contre la résistance

Gestapo, les SS, La Milice (collaborateurs français) : Arrestations , tortures , éxécutions , déportations , répression aveugle et collective comme à Oradour-sur –Glane      http://oradoursurglane.free.fr/index2.htm

La Résistance est le fait de minorités. C'est une réaction de patriotisme ou encore un combat contre le nazisme au nom de la démocratie.

QUELQUES INFOS SUPPLEMENTAIRES

Les premiers maquis datent de l'hiver 1943. Un grand nombre de volontaires sont des jeunes hommes qui fuient le STO (Service de Travail Obligatoire) en réalité la déportation et les camps de travail forcé.

Le but est la guerre psychologique: les maquisards veulent créer un climat d'insécurité; enlever aux Allemands le contrôle des régions où ils sont le plus faible. Ils se battent dans la Zone Sud, contre la Milice (force policière française de collaboration) et préparent le jour où ils aideront les forces alliées à libérer la France.

Un exemple : Les Francs-Tireurs et Partisans Français sont des maquis, faisant partie de l'Armée Secrète. Les FTPF sont de direction communiste, leurs chefs sont d'anciens combattants de la guerre civile d'Espagne. Beaucoup ont eu une existence clandestine depuis 1939. Ils ont l'habitude du secret, du cloisonnement, des armes, de la propagande. Ils sont souvent plus dynamiques, plus entreprenants et souvent plus brutaux que les autres groupes.

Il est très difficile de donner un chiffre exact du nombre de maquisards. Il semble que l'on puisse parler de 30 000 ou 40 000 en mars 1944.

V]  La vie quotidienne des Français.

Les français subissent  le Blocus effectué par les Alliés, les réquisitions allemandes, pillage économique d’où les Rationnement à la fois de la nourriture mais aussi des produits de première nécessité (tickets). Les privations sont sur tout. Un marché noir se développe, pour écouler les produits illégalement à un prix très élevé.

Les Français sont soumis à une insécurité permanente du fait des dénonciations, des représailles exercées à la suite des sabotages ou des attentats menés par la Résistance, des bombardements aériens qui touchent les populations civiles.

A partir de novembre 1942, suite au débarquement en Afrique du Nord, c'est l'ensemble du pays qui est touché avec l'invasion de la "zone libre " (Sud).

VI] La libération du territoire national.

Après les deux débarquements, de Normandie et de Provence, Paris est libérée par la 2 éme DB du général Leclerc.

De Gaulle chef du GPRF (Gouvernement Provisoire de la République Française qui gouverne la France de la libération à 1946, début de la IVème république) depuis 1943, rentre en France et rétablit la démocratie .Sa consécration a lieu le 26 août 1944 avec sa descente des Champs Elysées  à Paris.

Les collaborateurs sont jugés, comme Laval qui est fusillé. L’'épuration est dans un premier temps  spontanée avec les femmes tondues, les exécutions sommaires ; puis dans un deuxième temps contrôlée.

Après le 8 mai 1945, les déportés reviennent mais peu survivront.

La France, ruinée, désorganisée, désunie  vient de connaître ses années noires. 

VII]  Le bilan de la guerre

 A] Un désastre humain et moral

Plus de 50 millions de morts, 35 millions de blessés et plus de 3 millions de disparus

Contrairement à la première guerre mondiale, les populations civiles furent très touchées (la moitié des victimes). En URSS, 10 millions de civils ont péri. En Pologne, 97% des disparus furent des civils, victimes des bombardements, des camps de concentration et des mauvaises conditions de vie (sous-alimentation d'où surmortalité).

Lors des procès de Nuremberg :

Une nouvelle notion est mise au point pour qualifier les crimes des nazis : le crime contre l’humanité. L’angoisse de la bombe.

L’utilisation de l’arme atomique sur Nagasaki et Hiroshima en août 1945 lance des doutes sur l’avenir.

B] Un lourd bilan matériel

Très nombreuses destructions (infrastructures : en France, 80% des installations portuaires ont disparu). Il faut reconstruire.

Nouvel appauvrissement de l’Europe. Va-t-on de nouveau tomber dans la situation des années 30 ?

Nouveaux dérèglements financiers : inflation après la guerre.

L’Europe est endettée auprès des USA. Elle a perdu son rôle hégémonique sur le monde au profit des 2 grands vainqueurs USA et URSS.

  C] Un nouveau monde ?

 De nombreux pays européens sont occupés. L’Allemagne est divisée. Les Etats-Unis et l’URSS sont les deux nouvelles puissances. Hyper puissances ?

Au total, 13 millions de personnes sont déplacées en Europe. Il faut y ajouter un très fort exode juif vers la « Terre Promise ».

L’organisation des Nations Unies voit le jour 26 juin 1945 après les délibérations de la conférence de San Francisco. Voulue par les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale. Ses rôles :

Paix : l'emploi de la force étant interdit dans les relations internationales, mais pouvant décider d'intervenir elle-même, l'ONU a mis sur pied une force armée : les Casques Bleus.

Humanité : l'ONU a rédigé et adopté en 1948, une Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

Développement : L'ONU a un champ d'action plus vaste que la SDN car elle ne n'a pas comme rôle de participer à la liquidation de la guerre. Elle peut agir dans les domaines économiques et sociaux au travers d'organismes spécialisés (UNICEF, FAO, UNESCO, OMS, OIT, FMI, BIRD...).