la vie après mort en Egypte

LES EGYPTIENS FACE A LA MORT

I] La préparation du corps du mort.

         En Egypte antique, Les pharaons dès leur accession au pouvoir se faisaient bâtir leur demeure d’éternité, les tombeaux ou pyramides. En effet, dès le plus jeune âge, l’égyptien prépare sa mort pour accéder à la vie éternelle. Ainsi, il apprend les formules magiques du Livre des morts qui lui ouvriront les portes de l’au-delà.
Les embaumeurs sur le modèle d’Anubis (ce dieu a pratiqué pour la première fois l’embaumement sur Osiris lui permettant de devenir le dieu du royaume des morts) vont retirer tous les organes pouvant pourrir et les placer dans des vases canoniques. Ensuite, ils remplissent le corps de linges, de sciures et d’aromates pour lui redonner sa forme. Puis, ils l’enroulent dans des bandelettes où ils placent des amulettes (objets magiques devant protéger le défunt durant son voyage).
Enfin, la momie est placée dans son sarcophage avec des extraits du Livre des morts. Le corps du mort doit être intact pour espérer entrer dans la vie éternelle.
Le pharaon ou le riche égyptien est emmené ensuite vers sa dernière demeure son tombeau.
Là, suivant la mythologie, Anubis vient chercher le mort et l’emmène en barque vers les deux chambres où son âme va être pesée. Arrivée au jugement, Thot, dieu de l’écriture et des scribes, note les bonnes et les mauvaises actions du défunt. Ensuite, on place son âme ou son cœur sur la balance de Maat, (déesse de la justice) ou balance de vérité, face à la plume de vérité.
Si son âme est plus lourde, il est dévoré par la grande dévorante, Seth, dieu du mal.
Si son âme est plus légère, alors, Horus le présente devant Osiris qui rend son jugement et ouvre le champ d’Ialou. Le défunt accède à la vie éternelle.

Les égyptiens pratiquaient ces rites funéraires (ensemble des cérémonies organisées après la mort) car ils espéraient accéder à la vie éternelle. Ils pensaient que comme le cycle du soleil (qui naît le matin, meurt le soir et renaît le lendemain matin…), l’homme suivait un cycle à condition de suivre les règles (corps intact, bonnes actions…). Cela les rassurait.
III] Des demeures d’éternité : les tombeaux.

Les nobles et surtout les pharaons se font construire de prestigieux tombeaux afin de passer une éternité heureuse.
Il y eut d’abord : les mastabas (tombeaux rectangulaires).
Puis les pyramides à degrés comme celle de Djoser.
Les pharaons croyaient que leur âme allait rejoindre les Impérissables, ces étoiles du nord qui ne disparaissaient jamais derrière l’horizon. La pyramide à degré peut représenter un escalier menant vers les étoiles.
Ensuite, il y a les pyramides lisses ou Grandes pyramides. Ce sont les tombeaux de l’apogée de la civilisation égyptienne, la période la plus brillante et la plus riche.
Enfin, il y a les hypogées : pour faire face aux pillages des tombes, mais aussi par soucis de rapidité d’exécution et d’économie. Nous sommes dans la période de déchéance, de déclin de la civilisation.

Les chambres funéraires regroupaient toutes les richesses dont le défunt avait besoin dans sa vie éternelle. La pièce était décorée de fresque représentant les exploits du mort. Tout était prévu pour qu’il passe une seconde vie heureuse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site