LA GRECE

INTRODUCTION :
La Grèce se situe au Sud-est de l’Europe au bord de la Méditerranée.   

Les paysages sont composés de montagnes à l’intérieur des terres et de plaines  littorales. Ces reliefs difficiles ne permettent de produire que de la vigne et des oliviers, obligeant les grecs à commercer pour survivre.
 La Grèce n’existe pas en tant que pays dans l’Antiquité, ce sont de nombreuses cités mais il existe alors une vraie civilisation grecque (langue, religion, art) qui se développe. Selon Hérodote les Grecs ont tous la même langue, les mêmes dieux honorés dans les mêmes sanctuaires et les mêmes coutumes.

Pour les Grecs, l’origine de leur civilisation remonte à plusieurs grands événements fondateurs comme la guerre de Troie vers – 1 200 et la création des Jeux olympiques en – 776.

  La Grèce des cités et des héros
Au VIIIème siècle avant JC, la Grèce est divisée en cités (Petits états formés d'une ville et de sa campagne alentour) indépendantes, séparées par des montagnes et la mer. Elles comportent toutes : une agora, centre politique et économique et une acropole, centre religieux.

Opposés entre eux, les Grecs sont unis par la culture: ils parlent la même langue, ils connaissent tous les poèmes d'Homère, l'Iliade et l'Odyssée. Ils commercent

Ils croient aux mêmes dieux et aux mêmes héros. Les dieux comme Zeus, ou les héros, comme Heraclès, sont identiques aux hommes (même apparence, mêmes qualités et défauts). Ils interviennent tout le temps dans leur vie.

Les Grecs se retrouvent dans des grands sanctuaires panhelléniques (Espaces consacrés à un dieu, commun à tous les grecs), comme Delphes ou Olympie, pour honorer leurs dieux.

Les Grecs ont une religion polythéiste. Leurs principaux dieux sont les Douze dieux de l’Olympe, comme Zeus, Héra, Apollon ou Athéna.

Les principaux rites religieux en l’honneur des dieux sont :

- le sacrifice d’un animal (holocauste)

- la libation (rite qui consiste à verser du vin, du lait ou du miel en l’honneur d’un dieu)

- les processions : grands défilés religieux avec chants et prières

- les concours sportifs et artistiques (comme les Jeux Olympiques)

La mythologie est l’ensemble des légendes racontées sur les Dieux et les héros (personnages légendaires qui accomplissent des faits extraordinaires).

Ex. les légendes de Jason et les Argonautes, des 12 travaux d’Héraclès ou les poèmes homériques.

Noms

Fonctions

Symboles

Aphrodite

Amour

Fleur

Zeus

Tonnerre, ciel, roi des dieux

foudre

Athéna

Sagesse, Intelligence

Chouette

Artémis

Chasse

Arc

Déméter

Agriculture

Épis de blé

Apollon

Soleil, musique, poésie

Lyre

Héra

Mariage, reine des dieux

Fleurs

Héphaïstos

Feu, forgerons

Marteau

Poséidon

Mer, tremblements de terre, chevaux, taureaux

Trident

Hermès

Santé, Messager des dieux

Caducée (bâton entouré de deux serpents)

Arès

Guerre

Lance, casque, bouclier

Hestia

Foyer, terre

Feu

Athènes au Vème siècle avant JC
On appelle « guerres médiques » les combats entre les Grecs et les Perses appelés aussi les Mèdes au début du Ve siècle av. J.C.

En –490 les Athéniens remportent la grande victoire de Marathon contre les Perses, qui précèdent d’autres victoires comme celle de Salamine, remportée par la marine athénienne en – 480.  Aujourd’hui le Marathon est une course olympique de 42,195 km en souvenir du messager parti annoncer la victoire à Athènes.

En – 480 les Perses battent les Spartiates aux Thermopyles (passage entre deux montagnes en Thessalie) (Voir le film « 300 »)  et incendient Athènes et son acropole.

 Grâce à ses victoires contre les « Barbares » Athènes devient la cité grecque la plus puissante. Elle forme une association de cités sous son autorité, appelée la « Ligue de Délos ». Le Ve siècle est l’âge d’or de la domination d’Athènes grâce à ses trières et au trésor de Délos que la cité s’appropria.

C'est une démocratie: tous les citoyens (hommes nés de pères et mères athéniens, ayant fait son service militaire) participent au gouvernement de la cité. Mais les femmes, les métèques (étrangers à la ville d'Athènes) et les esclaves ne sont pas des citoyens. Ils sont environ 215 000, alors qu’il n’y a que 35 000 citoyens (14 % de la population).
Athènes est dirigée par l’Ecclésia, c’est-à-dire l’assemblée de tous les citoyens, qui vote les lois, décide de la paix ou de la guerre et désigne les magistrats par élection ou par tirage au sort.

Les principaux magistrats (ou dirigeants) sont les 10 stratèges, dont le plus célèbre est Périclès au Ve siècle avant J.C. Le Ve siècle est aussi appelé « siècle de Périclès » et c’est l’APOGEE D’ATHENES.
Sur les conseils de Périclès, les Athéniens construisent sur l'Acropole des temples pour les dieux. Le plus parfait est le Parthénon, qui abrite une statue d'Athéna, déesse protectrice de la ville.

Quel héritage artistique et culturel nous ont légué les Athéniens ?

Notre civilisation est profondément influencée par la culture née à Athènes à l’époque classique :

- l’architecture : le Parthénon, symbole de l’art « classique »

- la sculpture : ex. l’Apollon du sculpteur Phidias, célèbre aussi pour la frise des Panathénées sur le Parthénon

- le théâtre : les tragédies de Sophocle, les comédies d’Aristophane.

- la philosophie : Socrate est le « père de la philosophie » (ses successeurs sont Platon, Aristote)

- l’Histoire : Hérodote est « le père de l’Histoire et de la géographie », avec Thucydide (historien de la guerre du Péloponnèse).

-Les mathématiques : Thalès, Euclide, Pythagore…

Résumé sur Alexandre le Grand 

- Alexandre le Grand (Pella, - 356-Babylone, - 323) devient roi de Macédoine en – 336, en succédant à son père Philippe II. Sa mère est Olympias.

- Ambitieux, cultivé (élève d’Aristote), il est d’abord maître de la Grèce puis décide de lancer une expédition contre les Perses. Il est un grand admirateur d’Achille et de l’histoire de son peuple : les grecs.

- Après avoir franchi le détroit du Bosphore, il est vainqueur des perses sur les bords du Granique (334), puis à Issos (333), entre en Syrie, soumet la Phénicie (prise de Tyr) et conquiert l’Égypte, où il fonde Alexandrie.

- Lors d’une nouvelle campagne il écrase de nouveau l’armée perse près d’Arbèles (331) et poursuit sa conquête en prenant Babylone, Suse et Persépolis (où il brûle le palais du roi des perses comme il a brûlé l’acropole d’Athènes).

- Il adopte les coutumes perses, porte le diadème et demande qu’on le vénère comme un dieu.

- Avançant vers les limites du monde connu en Orient, il franchit l’Indus et bat le roi indien Pôros (326), mais doit regagner Suse car son armée refuse de le suivre plus loin.

- Dans les territoires conquis il veut mélanger la culture grecque et la culture orientale. Il épouse d’ailleurs deux orientales. Il fonde de nombreuses villes portant son nom, il ne reste plus qu’Alexandrie d’Egypte. Mais l’on peut voir à travers les textes, les plans de ces villes, le souci d’Alexandre, de mélanger les cultures, le cosmopolitisme.

- Alexandre meurt à Babylone en – 323. Après sa mort, son vaste empire est divisé entre ses généraux qui deviennent les rois (successeurs) à la tête des royaumes hellénistiques (de culture grecque).

Alexandrie d’Égypte, capitale du monde hellénistique

Alexandrie d’Égypte, fondée par Alexandre le Grand, devient le plus grand port de Méditerranée et la capitale du monde hellénistique. Elle était célèbre pour son phare et sa grande bibliothèque.

- Alexandrie se situe au Nord-Ouest de l’Égypte, dans le delta du Nil. Plusieurs éléments relevés sur son plan montrent que c’était une ville grecque : par exemple le temple de Poséidon, le gymnase, le théâtre.

- D’autres éléments étaient égyptiens, comme les temples dédiés à Isis et à Sérapis.

- Alexandrie était célèbre pour ses édifices somptueux, ses maisons et son phare (l’une des « sept merveilles du monde »).

- La ville était considérée comme la capitale intellectuelle du monde car elle accueillait les savants de toutes origines.

- La bibliothèque d’Alexandrie contenait des livres « des quatre coins de la terre » (parchemins).

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×