Les guerres de religion

LES GUERRES DE RELIGION EN France 

LES CAUSES :
Depuis 1517 et les 95 thèses de Luther, le christianisme vit un nouveau schisme (division) entre catholiques et protestants.
Calvin (réfugié à Genève,  lance des prédicateurs dans l’Est et le Sud), en France, séduit environ 2 millions d’habitants soit 10% de la population.
François Ier, un temps neutre, est scandalisé en 1534 quand il découvre sur la porte de sa chambre une affiche qui attaque  la religion catholique, qualifiant de "loups" ceux qui la pratiquent. Le roi se sent directement visé, il se rend compte de l’importance prise par la Réforme
Il va autoriser les premiers bûchers. Le feu est la solution idéale pour éliminer ce qui est considéré comme une maladie, au même titre que la peste. De plus, les flammes rappellent l'image de l'enfer et de la damnation éternelle.
C’est un échec, la Réforme gagne du terrain, convertissant aussi bien des paysans que des nobles (le Prince de Condé, la reine de Navarre…)

LES FAITS : une guerre civile d’environ 40 ans
De 1561 à 1598,  France : guerres entre la majorité catholique, fidèle  pape et  dynastie capétienne, et minorité protestante (dit aussi «réformée»), disciple de Calvin.
S’ensuit 8 guerres de religion en France
 Premiers désaccords ou prétextes:

Education roi François II : catholiques (Famille De Guise + ligues catholiques) ont trop d’influence. Protestants tentent enlèvement souverain à Amboise, en 1560.
S'ensuit une longue alternance de massacres et de trêves qui mettent  aux prises les nobles (côté protestant Coligny, Condé aidé par les pays protestants ex : Angleterre, côté catholique Guise, soutenu par les rois espagnols)  et leurs armées.  Le peuple subit la guerre, du fait de massacres, d'une mauvaise administration, de pillages…Mais, peu à peu ce conflit politique s’étend à la population et les iconoclastes protestants (au nom du second commandement « tu ne feras d’image de moi » (idolâtrie), brûlent, cassent statues, vitraux.) sont victimes de la haine populaire sans oublier les « fausses histoires » circulant sur les réformés égorgeurs et buveurs de sang…
Un épisode sanglant lors 4ème guerre : Le 24 août 1572, jour de la
Saint-Barthélemy, Catherine de Médicis, alors régente, ordonne le massacre des protestants et de Coligny en particulier. Henri de Bourbon (futur Henri IV), prince de sang, est soigneusement épargné.
Henri III assassiné par un moine fait jurer à ses nobles de reconnaître Henri de Navarre comme son successeur.
En 1589, Henri IV devient roi de France, il bât les ligues catholiques et se convertit au catholicisme en 1593

LES CONSEQUENCES :
L’édit de Nantes en 1598 met fin à cette période de guerre.
Cet édit est l'aboutissement de longues négociations d'Henri IV entre les exigences des protestants et l'opposition des ligueurs catholiques auxquels il doit faire des concessions.
Proclamation de la liberté de conscience (religieuse) et ouverture des charges et offices (hautes fonctions de l’Etat) aux protestants Reconnaissance d'une liberté de culte (exercer sa religion) limitée aux lieux où il existait déjà (avant l’édit). Mais les protestants paient la dîme à l'Eglise catholique et respectent les jours chômés catholiques.
Une parité (égalité de droits et devoirs) entre catholiques et protestants parmi les magistrats rendant la justice.
Les protestants se voient accorder une organisation politique et des places de sûreté (une centaine) dont le roi paie les garnisons

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site