Fiche résumé Afrique niveau 5e

LES DIVERSITES DE L'AFRIQUE

L'Afrique est le plus tropical de tous les continents

La chaleur y est omniprésente.

CLIMAT

Températures

Précipitations

Végétations

Densités Humaines

MEDITERRANEEN

Eté très chaud

hivers doux

sècheresse estivale

forte pluie  au printemps et à l'automne

médit : garrigue, olivier, vigne, maquis

forte

DESERTIQUE

très élevées

pratiquement aucune précipitation

aucune sauf dans les oasis

faible

TROPICAL

très élevées

1 saison de pluie / 1 saison de sècheresse

savane

moyenne

EQUATORIAL

très élevées

abondante toute l'année

forêt dense

forte à faible

 Introduction:

-Superficie: 30 millions de km².3eme continent après l'Asie et l'Amérique.

-Population: 860 millions d'habitants.

-Densité de population moyenne: 28 habitants/km² (assez faible).

L’Afrique est le second continent au monde par sa population et le second par sa superficie, après l'Asie .D'une superficie de 30 221 532 Km². Avec une population de environ 900 000 000 habitants (en 2005), les africains représentent 14 % de la population mondiale.

 Le continent est bordé par la mer Méditerranée au Nord, le canal de Suez et la mer Rouge au Nord Est, l'océan Atlantique à l'Ouest. L’Afrique comprend 46 pays en incluant Madagascar, et 53 en incluant tous les archipels .l'Afrique est considérée comme étant le lieu d'origine de l'être humain et de la branche des Homidae.

L'Afrique est un continent situé de part et d'autre de l'Equateur et qui connaît toutes les variétés de climats chauds. C’est aussi le continent le plus marqué par le sous-développement. On rencontre cependant une grande diversité des situations sur le continent.

I] Quel est le poids de l’histoire dans l’évolution actuelle du continent africain ?

Du XVIème au XIXème siècle, le commerce des esclaves (= la traite des Noirs) fut pratiqué par les Arabes et les Européens au sein du commerce triangulaire. Ces derniers recherchaient de la main-d’œuvre pour leurs plantations * américaines. La traite a ralenti la croissance démographique de certaines régions.
 
              
Au XIXème siècle, les grandes puissances européennes comme la France ont entièrement colonisé l’Afrique. Les frontières ont été découpées sans tenir compte des populations. On parle de frontières artificielles, tracées à la règle sur une carte sans tenir compte des ethnies, des ressources naturelles…
Les anciennes frontières coloniales sont parfois contestées. Elles sont source de conflits entre pays et de guerres civiles, surtout quand des ethnies rivales ont été regroupées dans le même État.
«Depuis 1945, 35 guerres ont fait en Afrique subsaharienne plus de 10 millions de morts. Aujourd'hui 20 millions de réfugiés errent le long des frontières pour échapper à la douzaine de conflits en cours. Beaucoup de ces guerres tiennent à des problèmes de frontières : soit deux pays voisins ne s'accordent pas sur leurs tracés (Nigeria-Cameroun, Mauritanie-Sénégal) soit des ethnies refusent de vivre ensemble dans un même État (Rwanda, Burundi, Soudan, Somalie). À la racine de presque tous les problèmes les Européens. Ce sont eux qui, au XIXe siècle, ont dessiné les frontières coloniales à l'origine des États africains.»              D’ après Sciences et vie junior, janvier 1995.

II] Comment expliquer la répartition de la population ?

Sa population est très inégalement répartie. Les principaux foyers de peuplement sont situés sur les littoraux : côtes du Maghreb, du golfe de Guinée et de l’Afrique australe.
A l’intérieur des terres, les régions de forte densité se trouvent le long des fleuves (Niger, Nil) ou dans les régions montagneuses de l’Ethiopie et des Grands Lacs
Les zones de faible densité correspondent aux zones de climat aride ou désertique (Sahara, Kalahari).
La forêt équatoriale est peu peuplée parce que les contraintes naturelles sont fortes climat chaud et humide)

III] Une croissance démographique explosive avec de graves conséquences
En 25 ans, la population africaine a été multipliée par 2. L’Afrique est le continent qui connaît la plus forte croissance démographique *.
Cette augmentation de la population est due au maintien d’un taux de natalité élevé avec un indice de fécondité très élevé (6 enfants par femme), °alors que le taux de mortalité * recule grâce aux progrès de l’hygiène et à la diffusion de la médecine. Mais la mortalité infantile reste importante. Les enfants restent une source de revenu et de prestige. Les moyens de contraception sont peu ou pas utilisés.
Plus de la moitié des Africains a moins de 20 ans. L’espérance de vie est inférieure à 60 ans (Angola 37 ans)

IV] Les villes africaines

Il faut donc construire sans cesse des maisons, des écoles, des hôpitaux pour la population qui augmente, trouver de la nourriture et des emplois nouveaux, dans des pays pauvres et endettés, cela n’est pas possible. Les bidonvilles se développent en périphérie.
La croissance des villes est très rapide. Elle est surtout due à l’exode rural et à l’accroissement naturel rapide.  Une grande partie de cette population nouvelle occupe des bidonvilles. Cependant, l’Afrique demeure encore un continent principalement rural (60 % de la population).
En outre, l’éducation des enfants restent encore faible. Et la situation empire encore pour les filles. 4 africains sur 10 et 5 africaines sur 10 sont analphabètes.

ATTRAITS DES VILLES : la certitude d'être mieux soigné qu'à la campagne, la moitié des médecins et des lits d'hôpitaux, plus de chance d'y trouver un travail, rassemble 40 % des emplois du pays dans le secteur secondaire et 60 % des emplois dans le secteur tertiaire, Kinshasa est le premier centre industriel du Zaïre. La moitié des industries du pays y est concentrée  

PROBLEMES DANS LES VILLES  : inextricables problèmes de logement, la misère reste le lot quotidien d'un tiers des Cairotes., les plus anciens, où l'on compte communément jusqu'à 3 000 habitants par hectare. Ces immenses quartiers manquent d’équipements, 5 familles sur 6 n’ont pas accès à l’eau, 6 sur 7 n’ont pas l’électricité. Seuls les quartiers résidentiels riches tels que Binja sont bien équipés. Ils sont surveillés et les habitants se protègent contre l’insécurité en s’enfermant derrière de hauts murs et de solides barreaux.

 V] L’économie africaine :

L’agriculture africaine : il en existe 2 sortes :

 

VIVRIERE (agriculture pratiquée pour sa propre alimentation) avec une faible production car les outils restent rudimentaires (la houe), peu ou pas d’engrais et d’irrigation
COMMERCIALE : issue de la colonisation, elles cultivent thé, ananas, bananes…dans de grandes exploitations pour l’exportation.
L
’Afrique possède des ressources naturelles comme le pétrole du Gabon. Mais elles sont soit encore inexploitées, ou exploitées par des étrangers.
 Elle est dépendante des importations ce qui l’a profondément endettée auprès des PPA. 
  Face au chômage galopant dans les villes, une économie informelle (cireurs de chaussures, des vendeurs de beignets…) se développe en marge de l’économie officielle. 
  En outre une forte émigration, notamment vers l’Europe, permet aux migrants d’envoyer des devises ‘de l’argent) à la famille restée au pays.

VI] Les problèmes de l’Afrique :

L’indicateur de développement humain (IDH) est calculé à partir de : l’espérance de vie, le taux d’alphabétisation des adultes et le nombre d’années d’études , le PIB par habitant

Le niveau de développement, mesuré par l’indicateur de développement humain (IDH) reste faible, surtout dans les Etats du Sahel, de l’Afrique de l’Est. Ces régions sont touchées par la famine, les guerres, le SIDA, la sécheresse…

En revanche, les Etats du Maghreb et de l’Afrique australe (Sud) ont un niveau de développement moyen.

Ces difficultés sont dues :

·         aux méthodes agricoles ancestrales (archaïques, anciennes) donnant de faibles rendements (récoltes insuffisantes)

·         à la quasi - absence d’industries malgré des richesses minières et pétrolières (exploitées par des sociétés étrangères)

·         Aux épidémies : paludisme, SIDA.

25 pays en Afrique sub-saharienne (au sud du Sahara) souffrent de famine. 30 millions d’africains ont le SIDA.

CONCLUSION : Il existe 4 Afrique :

Les Etats de l’Afrique du Nord :

Afrique blanche et musulmane, avec un IDH moyen, richesse du sous sol (gaz et pétrole); influence arabo-musulmane.  Développement des industries et des services, opposition intérieur/littoral. .   Problèmes graves : population jeune, influence intégrisme musulman.

Les Etats de l’Afrique Sahélienne

Afrique noire musulmane et animiste, avec un IDH très faible ; désertification : faible précipitation et Sahara avance, agriculture archaïque, retard économique.  Problèmes graves : sécheresse, guerres civiles, malnutrition, SIDA…accroissement naturel rapide

Les Etats de l’Afrique centrale :

Afrique noire chrétienne ou animiste, IDH faible, Pauvreté, pays encore agricole, forte croissance urbaine.  

 Les Etats de l’Afrique australe :

Afrique noire (minorité blanche riche), avec un IDH moyen ; richesse du sous sol (minerais), développement des industries et des services,  influences chrétiennes.   Problème grave : SIDA

VILLES

ESPACE REGIONAL

CLIMAT et VEGETATION

RELIGIONS DOMINANTES

ACTIVITES ECONOMIQUE DOMINANTE

NIVEAU DE DEVELOPPEMENT

ALGER

Afrique du Nord

Maghreb

Méditerranéen / Garrigue

Islam

Industries, exploitations minières, agriculture intensive

Pays intermédiaire  / en développement rapide

DAKAR

SAHEL

Tropical sec / Savane

Musulman / animiste

Agriculture et élevage extensif avec faible rendement

Retard économique PMA

NAIROBI

Afrique centrale

Tropical humide /Savane

Chrétien / animiste

Agriculture et élevage extensif avec faible rendement

Retard économique PMA

LE CAP

Afrique Australe

Méditerranéen / ..

Chrétien / animiste

Industries, exploitations minières, agriculture intensive

Pays intermédiaire  / en développement rapide / Inégalité entre noirs et blancs

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×