La défense nationale

 

La Défense nationale

La France n'a aucune ambition agressive de conquête territoriale, mais pour être en mesure de maintenir l'indépendance nationale, l'indivisibilité du territoire et la démocratie, la France doit posséder les moyens militaires nécessaires, c'est la Défense nationale. Elle est composée d'une armée de terre, une marine et une armée de l'air, la gendarmerie et des forces interarmées (groupe regroupant des forces des 4 armées précédemment citées).
Depuis 1997, la conscription ou service militaire ont été supprimés. De ce fait, l'armée française est formée de professionnels, c'est une armée de métier. Par son effectif, elle occupe le 13ème rang mondial et le 3ème rang pour son budget affecté à l'armée. Enfin, elle est la 3ème puissance nucléaire après USA et Russie.

La Défense nationale vise donc à préserver l'intégrité du territoire national et la vie des populations, ainsi qu'à défendre les intérêts vitaux de la France et de ses alliés.

1. La direction de la Défense. 

L'organisation de la Défense est une responsabilité de l'État.
Le président de la République est le chef des armées, il a donc la responsabilité suprême de la Défense. Il peut seul décider de l'emploi de l'arme nucléaire. Il préside le Conseil de Défense, composé de civils et de militaires, ce conseil serait en cas de guerre chargé de la mener.
Le premier Ministre est responsable de la Défense nationale et il applique les décisions prises par le Président et le Conseil de Défense.
Le Parlement examine et vote chaque année le budget de la Défense et les lois de programmation militaire. Seul le Parlement peut décider la guerre.
Le citoyen doit contribuer à la Défense nationale par le service national universel (La loi d'octobre 1997 a supprimé le service militaire et remplacé par une journée de préparation à la défense nationale. L'armée n'est plus une armée de citoyens mais une armée d'engagés volontaires, donc de professionnels) et éventuellement en cas de guerre répondre à la mobilisation.
 
En démocratie, la force armée est dépendante du pouvoir politique. Les militaires ne sont que des techniciens de la guerre et des conseillers du pouvoir civil en matière de défense. Ils doivent donc exécuter les ordres du pouvoir civil. 

2. La stratégie française.
La France bien que membre de l'O.T.A.N., conserve l'autonomie de sa défense. Elle siège en tant que membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU et possède un droit de veto.
Les missions de la défense: 
Défendre du territoire national et de ses habitants
Sauvegarde des intérêts économiques vitaux du pays, (exemple : l'approvisionnement en énergie)  

Assurer le respect de ses engagements internationaux. Notamment participer à la coopération par exemple en Afrique.
Il faut distinguer entre Mission de souveraineté dans les territoires français et Mission de présence pour soutenir à leur demande des Etats alliés et fragiles Enfin des Missions de paix dans le cadre de l'ONU.
La stratégie française combine des forces conventionnelles et des forces nucléaires.
Les forces conventionnelles (toutes les forces à l'exception des armes nucléaires) permettent d'intervenir en Europe ou Outre-mer dans des conflits limités (exemple: l'intervention contre l'Irak en 1991 ou contre la Serbie en 1999 ou en 2011 en Libye).
Les forces nucléaires visent à décourager (dissuader) tout agresseur éventuel par la possibilité de lui infliger sur son propre territoire des destructions disproportionnées à l'enjeu représenté par la France. C'est la dissuasion nucléaire : empêcher la guerre par la menace de représailles si le "sanctuaire" national est attaqué. 

3. Les trois armes.
L'armée de terre. Elle est répartie sur tout le territoire, mais plus particulièrement au nord-est. 
La Marine, Elle défend les "littoraux" du territoire national. Elle permet de propulser une force outre-mer. Les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins, en théorie indécelables, constituent la force majeure de la dissuasion nucléaire.
L'armée de l'Air, Elle assure la surveillance du territoire et la détection. Elle assure le soutien des deux autres armes.

L'Union européenne depuis le traité de Maastricht amorce une politique de sécurité commune. Les accords de Schengen prévoient une collaboration entre les polices contre la drogue, le terrorisme, les trafics en tout genre (humain...) et la criminalité. Une défense militaire commune est envisagée. Pour l'instant les forces militaires de certains Etats membres peuvent intervenir dans le cadre de l'OTAN comme ce fut le cas au Kosovo. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site