L'EVOLUTION DU MONDE DE 1945 àNOS JOURS

LES TRENTE GLORIEUSES

LA CROISSANCE ET SES EFFETS DEPUIS 1945

INTRODUCTION
10 ans de crises économiques, sociales et politiques puis la montée du nazisme en Allemagne, suivi par 6 ans de conflit (1939 à 1945) ont laissé l’Europe exsangue, ruinée, détruite.

Elle va connaître une période de croissance et de transformation sans pareille : les TRENTE GLORIEUSES.

- De 1945 à 1973, le monde et en particulier les Pays industrialisés, ont connu une croissance économique soutenue, régulière, d’une ampleur inégalée sur une période aussi longue.
1945 : désorganisation de l’économie suite à la guerre et reconstruction en grande partie grâce, et en faveur, des Etats-Unis (plan Marshall
pour aider la reconstruction).
Un économiste  a appelé cette période " Trente Glorieuses ", écrivant: " ne doit-on pas dire glorieuses les trente années qui ont fait passer la France de la vie végétative traditionnelle aux niveaux de vie et aux genres de vie contemporains ? " 
La croissance est due à de nombreux facteurs, qui relèvent à la fois des techniques, des hommes, des capitaux, du rôle de l’Etat ou des échanges.

I] La période des Trente Glorieuses : 1945-1972 : la prospérité
Les pays industrialisés, c'est-à-dire l’Amérique du Nord et l’Europe occidentale ou de l’ouest (bloc pro-américain) connaissent une prospérité économique remarquable. Elle est marquée par :

- une croissance économique (augmentation durable des productions d’un pays) forte (5%/an en moyenne), continue et générale...

- une transformation accélérée de l’économie avec électricité et pétrole comme énergies dominantes ; émergence de secteurs de pointe (automobiles, aéronautique...) ; concentration et modernisation des entreprises...
- une explosion des échanges internationaux

A] Des facteurs multiples

- la demande augmente (reconstruction après guerre ; consommation de masse (consommation par une grande partie de la population de biens et de services produits en grande quantité par l'économie) ; crédit ; publicité ; baby-boom ; immigration)
- la Révolution Scientifique et Technologique (1948 le transistor ; 1960 le microprocesseur...)

-Dans un contexte de progrès technique, la productivité (rapport entre la quantité produite et le travail nécessaire pour l’obtenir : ex : le nombre d’heure pour construire une voiture) a considérablement augmenté dans l’agriculture et l’industrie c'est-à-dire secteurs primaire et secondaire.

-Dans les Pays Industrialisés, l’accroissement de la productivité s’est accompagné d’un « quasi plein-emploi ».

-Naturellement, cette période « sans chômage » voit l’augmentation régulière du niveau de vie.
- matières premières et énergies sont bon marché (baril de pétrole en 1950 = 2$ et en 1972 : 2.5 $, pour comparaison en 2008 il a frôlé les 150 $) d'où période du tout pétrole.
- les entreprises investissent dans la recherche, elles adoptent des méthodes efficaces de production (la mécanisation et l’automatisation des tâches permettent des gains de productivité et donc une baisse des prix, d’où l’augmentation de la demande).
- mise en place de conditions idéales pour les échanges mondia
ux (Bretton-Woods juillet 1944 : c’est l’instauration d’un système monétaire international :  LE DOLLAR DEVIENT LA MONNAIE INTERNATIONNALE.  

Révolution des transports : développement de l’aviation, du train, de la voiture...)
-rôle de l’état-providence : les états interviennent dans l’économie en nationalisant (nationalisation ou étatisation consiste en un transfert de la propriété privée à l'Etat

B] En quelques mots le cas de la France

La France connaît la prospérité durant cette période.

- Malgré une pénurie relative de main d’œuvre (forte immigration des pays du Maghreb pour venir travailler notamment dans le secteur secondaire), en dépit de la décolonisation plus ou moins réussie,  l’économie française connaît un essor industriel spectaculaire (surtout sur les biens d’équipement), appuyé sur un effort d’investissement.

Conclusion : Entre 1945 et le début des années 70, les pays développés vont vivre une période de prospérité sans pareil, qui va profondément modifier la société.

Les transformations de la société

II] Quelles transformations les sociétés ont-elles connues depuis 1945 ?
A] Une société de consommation de masse

 La croissance économique entraîne une hausse du niveau de vie des populations des pays développés (grâce à la pratique  de salaires en nette augmentation et aux prestations sociales versées par l’Etat-Providence ou redistributeur) qui entrent dans l'ère de la société de consommation de masse, sur le modèle des Etats-Unis.L'augmentation du pouvoir d'achat et la généralisation du crédit créent de nouvelles demandes qui favorisent l'équipement des ménages. Le confort domestique se développe avec de nouveaux objets : réfrigérateur, télévision, machine à laver, automobile... Dans le même temps, la réduction du temps de travail permet l'essor d'une société de loisirs de masse. La publicité encourage la consommation, qui se fait de plus en plus dans les grandes surfaces avec des caddies, permettant d’acheter toujours plus.

Cependant, tous ne profitent pas des bienfaits de la société de consommation. Une FRACTURE SOCIALE SE DEVELOPPE A TOUTES LES ECHELLES.  Ainsi dans les pays riches, les exclus sont nombreux et l'écart de revenus entre les pauvres et les riches s'accentue. Au niveau de la planète, la plupart des pays pauvres du Sud n'ont pas accès à cette société de consommation.
B] LES MUTATIONS SOCIALES (UNE MUTATION EST UNE TRANSFORMATION PROFONDE)

La croissance économique des pays développés et les progrès techniques entraînent des changements dans la répartition de la population active.

Le secteur primaire diminue : car mécanisation + utilisation de l’engrais chimique, pesticides… (Aujourd'hui 3% en France)

La part du secteur secondaire décroît à partir de la fin des années 1970 avec le déclin des industries traditionnelles, sidérurgie, métallurgie, textiles. (22 % en France aujourd'hui).

En revanche, le secteur des services, le tertiaire connaît une progression rapide : il regroupe plus des 2/3 de l'emploi dans les pays développés aujourd'hui (75 % en France).

L'essor démographique entraîne l'exode rural, qui s'accompagne d'une forte urbanisation.
En 1950 28% de la population mondiale vivait en ville. Aujourd’hui un humain sur 2 vit en ville. Actuellement se sont les pays développés les plus urbanisés En Allemagne, 90% de la population vit en ville…Mais leur urbanisation s’est ralentie avec la fin de l’exode rural. On parle même du phénomène inverse l’Exode urbain ou périurbanisation ou encore rurbanisation. Trois expressions définissant le même phénomène, une fuite des citadins vers les campagnes entourant les villes, développant les migrations pendulaires ou journalières : « Métro, boulot, dodo », entrainant des problèmes de circulation et de la pollution.
Par contre, les PED et les pays émergents connaissent une véritable explosion urbaine depuis 1950, du fait d’un fort exode rural et d’un accroissement naturel très élevé. Mais, ces populations fuyant la misère des villes viennent grossir la population des bidonvilles.

C] LA REVOLUTION DES TRANSPORTS ET DES COMMUNICATIONS
Depuis 1945, l’ampleur des innovations technologiques a entrainé une véritable révolution dans les communications et les transports.
Les techniques de communication ont été bouleversées, développement des satellites  (1er satellite de communication date de 1962 entre USA et Europe), des réseaux câblés…
À
la fin des années 1990, on entre dans une société de communication dans laquelle les nouvelles technologies deviennent des moteurs de la croissance. Internet et la téléphonie mobile pénètrent progressivement dans de nombreux foyers des pays riches. On parle du « village monde » pour représenter la rapidité et la facilité à communiquer, ce qui efface les distances. Mais l'accès à ces technologies renforce la FRACTURE
entre pays pauvres du SUD et les pays riches du NORD.
Dans les transports, les progrès de l’aviation, des chemins de fer ou de l’automobile permettent d’aller plus vite, plus loin, et moins cher, tout en transportant plus de personnes et de biens.
C’est l’ère du transport de masse. Mais dans ce cas aussi, les écarts Nord/Sud sont importants.

EN RESUME : Les mutations

À partir des années 1960, la vie culturelle des pays développés se transforme. Les médias (journaux, radios mais surtout la télé) deviennent des moyens de diffusion de la culture. La télévision révolutionne la communication et devient le principal outil d'une communication de masse.

À la fin des années 1960, dans les pays développés, une partie de la jeunesse découvre l’American way of life (mode de vie à l’américaine) et s’en inspire pour leurs tenues vestimentaire (le jean, le tee-shirt imprimé, le blouson…), leur musique (Johnny Halliday, …)…D’autres dénoncent cette société qui invite uniquement à consommer. Certains souhaitent une libéralisation et une révolution des mœurs (revendications féministes, libération sexuelle...) et mèneront les premières manifestations de mai 1968.

LES CONSEQUENCES :
Enfin, cette course
à la croissance, à la consommation n'est pas sans danger pour la planète. L'environnement devient une priorité : comment concilier développement économique et développement durable (développement qui satisfait les besoins des populations sans compromettre ceux des générations futures. Il cherche à concilier progrès économique, préservation de l'environnement et développement social)?

La prise de conscience est récente. En 1997, le protocole de Kyoto  vise à lutter contre le changement climatique en réduisant les émissions de gaz carbonique mais même si 172 pays l’ont signé, il est à noter que le plus gros pollueur de la planète, les USA, se sont abstenus.
Il se développe depuis quelques années le commerce équitable ou commerce juste :
« Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l'objectif est de parvenir à une plus grande équité (égalité) dans le commerce mondial. Il offre de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés (isolés), tout particulièrement au Sud de la planète. Les organisations du commerce équitable (soutenues par les consommateurs) s'engagent activement à soutenir les producteurs, à sensibiliser l'opinion et à mener campagne en faveur de changements dans les règles et pratiques du commerce international conventionnel (ordinaire ou courant).» Définition tirée du site : http://www.artisansdumonde.org/commerce-equitable.htm

Les démographies de 1945 à nos jours

III] La démographie des Trente Glorieuses


DANS LES PAYS DEVELOPPES : Du Baby Boom au Papy Boom.
Après 1945, la population mondiale connaît une formidable croissance : elle double de 1945 à 1990, passant de 2,5 milliards à 5,3 milliards d'habitants. En 2011, elle s'élève à 7 milliards et devrait atteindre 9 milliards d'ici 2050.

Dans les pays développés, de 1945 au milieu des années 1960, la population augmente rapidement. Cet accroissement s'explique par le baby-boom (période de forte croissance démographique dans les pays développés). Ce dynamisme démographique permet le développement de la demande de biens et de services (logements, crèches, écoles et loisirs).

Dans les pays en développement, l'explosion démographique après 1945 est liée
au recul de la mortalit
é, grâce aux progrès médicaux et aux campagnes de vaccinations mises en place par
l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé, fondée, elle dépend de l’ONU)
Mais cette croissance démographique s’arrête en même temps que la prospérité économique. Le début des années 70 marque la fin des 30 glorieuses et du Baby Boom. Les pays développés voient leur taux de natalité baisser fortement au point de mettre en péril le renouvellement des générations (fécondité doit être de plus de 2.1 enfants par femme). On parle alors de Papy Boom, car l’espérance de vie ne cesse d’augmenter et la croissance est faible, voire nulle ou même négative (Italie, Allemagne ou Japon…).
Exemple l’Union Européenne compte plus de personnes de plus de 65 ans : 16.5% que de jeunes : 16.3% (moins de 15 ans).
LES PAYS EN DEVELOPPEMENT
 : l’Explosion démographique se poursuit
Ils ont des situations démographiques contrastées.
Mais en général, ils connaissent une augmentation rapide de leur population, car la mortalité recule grâce aux progrès de l’hygiène, de la médecine. Mais la natalité reste élevée.

Dans les années 1960 et 1970, de nombreux pays d'Amérique latine et d'Asie ont débuté leur transition démographique (passage d’une population ayant des taux de natalité et de mortalité élevés à une population ayant des taux de natalité et de mortalité plus faible).
Comment :
Certains imposent des politiques antinatalistes (Une politique menée par un gouvernement pour réduire la natalité) plus ou moins pénibles ou violentes pour limiter le nombre de naissances : l'Inde lance une politique de stérilisation volontaire et la Chine impose l'enfant unique.

Sur le continent africain, alors que le Maghreb a commencé sa transition démographique, l'Afrique noire et certains pays du Moyen-Orient n'en sont qu'au début. Dans ces pays, la population poursuit sa croissance, du fait d’une fécondité très élevée.

D'après le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), la population des pays pauvres devrait passer de 5,3 milliards d'habitants à 7,8 milliards d'ici 2050. Les taux de croissance les plus élevés se retrouvent dans les PMA où le contrôle de la natalité est rare et où les familles de 6 à 7 enfants apparaissent comme la norme. Dans ces pays très touchés par le chômage, les jeunes émigrent vers les pays riches dans l'espoir d'y trouver une vie meilleure.
ALORS QUE LE NORD SOUFFRE DU VIEILLISSEMENTDE SA POPULATION, LE SUD SE MEURT DE LA JEUNESSE DE SA POPULATION

Dans la plupart des pays industrialisés, à l'exception des États-Unis, où les populations immigrées hispaniques surtout, entretiennent une hausse de la démographie, le renouvellement des générations n'est pas assuré. Dans ces conditions, la population des pays riches (1,2 milliard d'habitants) ne devrait pas augmenter d'ici 2050. L'ONU prévoit même une baisse de la population en Allemagne ou au Japon (perte de 28 millions d'habitants d'ici 2040).

Dans ces pays riches, les progrès médicaux entraînent une hausse de l'espérance de vie qui provoque un vieillissement de la population. L'espérance de vie est de 80 ans en France et 82 ans au Japon. La part des plus de 65 ans augmente fortement : c'est le papy-boom. L'augmentation du nombre de retraités pose la question du financement des retraites et entraîne une hausse des dépenses de santé.
Alors qu’au Sud, c’est l’inverse, l’explosion démographique se poursuit. Par exemple : Les moins de 15 ans en Afrique Subsaharienne (Afrique noire) représentent plus de 45% de la population, et seulement 3% ont plus de 65 ans. Cela entraîne des problèmes de logements, de soins, de scolarisation, la pauvreté s’accroît et avec qu’elle, les épidémies, les guerres civiles, l’émigration….

La croissance économique depuis 1973 et les inégalités

IV] Une croissance ralentie depuis 1973 : Les Vingt Rugueuses : les crises qui se poursuivent jusqu’à aujourd’hui

A partir des années 70, les pays industrialisés connaissent un essoufflement de leur croissance. Cette situation peut s’expliquer par l’effondrement en 1971 du Système Monétaire International, mais surtout par l’essoufflement de la consommation de masse.
Brutalité de la crise en novembre 1973 après la décision de l’OPEP de quadrupler le prix du pétrole.( Octobre 1973, pendant la guerre entre Israël et les pays arabes, ces derniers membres de l'OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole),  annoncent un embargo sur les livraisons de pétrole contre les États « qui soutiennent Israël ». Ils veulent en fait éliminer les pays étrangers qui exploitent leur richesse et en devenir les seuls maîtres. Dans ce contexte déjà fragilisé, l’augmentation du prix du pétrole en 1973 puis en 1979 (1er et second chocs pétroliers) ne fait qu’augmenter les difficultés économiques

Le monde déstabilisé

Après 1973 la situation économique s’inverse et débute alors une crise économique. Elle consiste en une diminution importante et durable de la production et de la consommation, Aux origines de la crise

- les chocs pétroliers ont fragilisé les économies occidentales très dépendantes : Nous vivions dans une société du tout pétrole.
-  la consommation de masse s’essouffle et cela  entraine la surproduction (aggravée par la concurrence)...
Résultat : le chômage s’envole...

Les conséquences :
-
Les industries de la seconde révolution industrielle (charbon, métallurgie, sidérurgie, textile) sont fortement touchées. Des régions entières comme la Ruhr en Allemagne, les Appalaches aux États-Unis ou le Nord-Pas-de-Calais en France sont sinistrées.

Les pays industrialisés connaissent une forte baisse de la croissance. Le plein emploi disparaît, le chômage s'installe durablement.
Ils sont victimes de la concurrence des Nouveaux Pays Industrialisés (NPI) de l’Asie, qui ont une main d’œuvre nombreuse, peu chère, pas de droit de grève, pas de droit du travail…
Des entreprises se délocalisent dans ces régions pour profiter de ces avantages et faire baisser les coûts de production. Ainsi, ils peuvent concurrencer les produits des NPI.
Les pays développés ont peu à peu perdu les industries nécessitant une main d’œuvre nombreuses et peu qualifiée, malgré la robotisation. Exemple industrie automobile qui malgré la modernisation à l’extrême délocalise vers l’Europe de l’Est : Renault Logan
.

À partir des années 1980, de nouveaux espaces connaissent une forte croissance économique.

S'inspirant du modèle japonais, les nouveaux pays industrialisés (NPI nouveaux pays industrialisés : pays asiatiques (Taïwan, Singapour, Corée du Sud) qui ont connu un fort développement économique dans les années 80) profitent d'une main-d'œuvre bon marché et d'entreprises industrielles dynamiques pour conquérir des parts de marché dans les secteurs de l'automobile, du textile et de la construction navale.

En Asie, la Chine et l'Inde deviennent des pôles dynamiques avec une forte croissance. L'Inde est devenue l'un des centres mondiaux de l'innovation dans le domaine informatique. On parle de pays émergents, ce sont par exemple les BRIC : Brésil, Russie, Inde, Chine. Mais aussi, Corée du Sud, Taïwan, Chine, Indonésie, Thaïlande, Malaisie, Mexique, Brésil... Les pays émergents ne font plus vraiment partie des PED mais ils n'ont pas atteint le niveau des pays développés. Ils se développent. A noter que la fracture sociale, riches pauvres est encore plus importante dans ces pays que chez nous. Ils représentent 37% de la population mondiale 30% de la production et 19% des exportations mondiales.

Dans le cadre d'une économie mondialisée ou tout simplement dans le cadre de la mondialisation (Mondialisation : Ce terme désigne l'interdépendance croissante des différentes parties du monde tendant à faire de la planète un seul marché, sous l'effet de l'accélération des échanges, de l'essor des nouvelles technologies de l'information et de la communication, des moyens de transport), les pays de la Triade (Union Européenne, Japon, USA) ainsi que ceux de l'aire asiatique connaissent une croissance alors que la part du continent africain dans les échanges internationaux est inférieure à 2 %.
2008, une nouvelle crise frappe le monde, justement du fait de la mondialisation, « c’est l’effet papillon », les USA se sont endettés, les banques font faillites entrainant les bourses mondiales. Nous sommes entrés dans une période de récession c'est-à-dire de croissance négative où le chômage ne cesse de croître

Date de dernière mise à jour : 19/01/2015