L'Europe 17 et 18ème siècle

1.     L’Europe des rois
Au début du 17 e siècle, presque tous les Etats européens ont à leur tête un roi ou un prince qui règne sur des populations en très grande majorité paysannes. A l’intérieur de leurs Etats, ces monarques essayent d’exercer un pouvoir sans limites : c’est la monarchie absolue.
Il existe cependant un autre mode de gouvernement : la république ex. les Provinces-unies, Venise.
Au début 17e s la famille de souverains la plus puissante est celle des Habsbourg (l’empereur du St empire romain germanique appartient à cette famille). Au 18es, la France devient la 1ere puissance continentale, alors que l’Angleterre domine les mers.

2.    La division religieuse.

a.     une chrétienté divisée.

F Les chrétiens déjà divisés par le schisme 1054 entre catholiques et orthodoxes, se divisent à nouveau au XVI e s entre l’Eglise catholique romaine (fidèle au pape) et les églises protestantes, dite réformées. L’Europe n’a plus d’unité religieuse, c’est une mosaïque d’Etats les uns catholiques (Sud) et les autres protestants (Nord) et Est orthodoxes.

F Face au succès du protestantisme, L’Eglise catholique se réforme et regagne du terrain. Les acteurs essentiels de cette reconquête sont les jésuites et l’art baroque.
En outre, l’Eglise doit faire face aux progrès scientifiques qui remettent en cause les dogmes (idées) catholiques. Ex Galilée soutient les théories de Copernic qui ont prouvé que la Terre est ronde et qu’elle tourne autour du Soleil. Elle n’est pas le centre de l’univers comme le dit l’Eglise. Ainsi, elle va persécuter ces hommes comme hérétiques, remettant en cause la Bible, et les juge dans son tribunal de l’inquisition.

b) Les guerres.

F Suivant le principe " tel roi, telle religion ", le roi impose sa religion à ses sujets, il ne tolère aucune autre religion. La liberté de croyance n’existe pas, les autres religions sont persécutées.

F Ces divisions religieuses ont entraîné des longs conflits :

- entre Etats : La guerre de Trente Ans (1618 - 1648).

Dans le Saint-Empire, l’empereur catholique tente de faire reculer le protestantisme et entraîne l’Europe dans une guerre terrible.

- des guerres civiles ex. les guerres de religion en France de 1562 à 1598. (Voir fiches)
Nous pouvons parler de 2 Europe entre le 17ème et le début du 18ème :

Deux Europe religieuses : protestante ou réformée et catholique ou contre-réforme.
Deux Europe démographiques : La crise du 17ème due aux guerres, famines, épidémies = faible croissance démographique

(parfois même accroissement négatif).
Et la croissance démographique du 18ème due à la révolution démographique et à la paix.

Enfin deux Europe artistiques : Europe Baroque et Europe classique

1.     L’Europe domine le monde.

a.     Au XVIIe s- XVIIIe s, les européens poursuivent leurs grandes découvertes.

Ex. Exploration de l’océan Pacifique  (l’anglais Wallis et le français Bougainville découvre Tahiti) et la découverte de l’Australie (Cook 1769-1770). Béring au nom du tsar de Russie découvre le détroit entre l’Alaska et la Sibérie qui porte aujourd’hui son nom.
A noter que l’intérieur des continents africains, américains et asiatiques restent inconnus (terra incognita).

Au XVIIème siècle, l’Espagne qui possède l’Amérique centrale et sud sauf le Brésil possession portugaise, domine.

b.     Au XVIIIe s, les Provinces-Unies, l’Angleterre, la France deviennent les 1 ères puissances coloniales. Elles surpassent l’Espagne et le Portugal.

Les européens fondent des comptoirs  et des colonies partout dans le monde : ils contrôlent ainsi une grande partie du commerce maritime.

Comptoir : un établissement commercial ouvert par un Etat dans un pays étranger.

Colonie : un territoire occupé et administré par un pays hors de ses frontières.

C’est la période du commerce triangulaire entre Europe, Afrique, Antilles et Amérique basé sur la traite des noirs et les plantations de cacao, coton, café…

2.  L'essor du grand commerce.

a.     Les européens tirent de leurs colonies de nombreuses richesses.

 Notamment les Provinces-Unies, qui se sont enrichit prodigieusement au 17 e siècle avec les épices des Indes orientales. La banque d’Amsterdam (1609) en fait la première place financière du monde.

b.     Le commerce triangulaire

Les ports de la côte Atlantique, bénéficiant de ce grand commerce (et donc du commerce triangulaire) sont Bordeaux, Nantes, Amsterdam.
Se développe des manufactures (ancêtres de l’usine) où les fabricants regroupent les métiers à tisser par exemple et leurs ouvriers. Ainsi, ils commencent à produire plus et plus vite. Les états poussent au développement de cette économie venue des Provinces-Unies.

c.     L’Europe des bourgeois. Les marchands qui contrôlent ce grand commerce amassent d’immenses fortunes.

1.     Les  métiers s’organisent en corporation : syndics des drapiers : la corporation des drapiers est l’une des plus riches et des plus puissantes des Provinces Unies. Les syndics qui la dirigent sont élus dans les familles les plus anciennes et les plus riches.

2.     Ils commandent des peintures les représentant: les riches bourgeois tenaient à se faire représenter avec honneur dans le cadre de leur réussite.

La bourgeoisie s'impose en Europe, elle rivalise avec la noblesse qui, au contraire, perd de sa puissance économique.

3.     La croissance de la population.

Au XVIIe s, la population augmente peu. Les trois causes principales de la mortalité sont : les épidémies (la peste), la guerre (Guerre de Trente ans) et la famine (mauvais temps : étés pluvieux). Plus de 80 % de la population vit dans les campagnes et la plupart sont paysans. Les céréales restent la culture principale, et le pain la base alimentaire. Les troupeaux peu nombreux et mal nourris donnent peu de fumier et les paysans sont obligés de pratiquer la jachère (terre laissée temporairement sans culture pour laisser le sol se reconstituer) pour éviter l’épuisement des sols.

Cette prière résume la vie des paysans de l’époque " De la faim, de la guerre, et de la peste délivrez-nous Seigneur ".

En revanche, le XVIIIe s. est marqué par un accroissement de la population européenne. La peste disparaît de France après 1720, les progrès de la médecine et de l’hygiène font baisser la mortalité. Grâce aux progrès de l’agriculture, les famines disparaissent en Europe de l’Ouest. Le climat s’améliore et les rendements (production à l’hectare aussi). Ainsi, les paysans ont des excédents qu’ils vendent. Ils peuvent s’acheter du bétail qu’ils nourrissent avec les plantes fourragères qu’ils cultivent sur les jachères et enrichissent le sol avec le fumier de ces animaux.

L’art baroque

L’art classique

Il est né à Rome à la fin du 16 e siècle.

Le mot vient du portugais BARROCCO (perle de forme irrégulière).

Une œuvre baroque se caractérise par l’exagération du mouvement, surcharge décorative,  effets dramatiques, exubérance.

Cet art veut avant tout frapper l’esprit et l’œil

du spectateur et l’émouvoir.

L’art baroque est utilisé par la réforme catholique pour montrer la grandeur et la puissance de Dieu. Les jésuites vont s’en servir

Il est surtout un art religieux.

Diffusion du baroque : depuis Rome toute l’Italie, la péninsule ibérique, l’Europe centrale et Provinces-Unies

Un peintre baroque : Le Pozzo

Une œuvre : « Le triomphe de Ste Ignace »

Les artistes français du 17ème siècle à la recherche de la beauté imitent l’Antiquité et s’inspirent de la mythologie.

Ce style est appelé classique du mot latin

Classicus qui signifie modèle.

C’est un style ou les proportions sont harmonieuses et naturelles. Les formes sont symétriques

Louis XIV trouve dans cet idéal d’ordre de rigueur et d’harmonie, l’art qui convient pour illustrer sa grandeur et sa puissance

Il est surtout un art de palais, de bâtiments officiels.

Pour le projet du Louvre, Louis XIV refuse le projet de Le Bernin (baroque) et confie les travaux à Claude Perrault (classicisme).

Diffusion du classique : En France, Angleterre, nord et est de l’Europe.

Un peintre classique : Nicolas Poussin, De la Tour

Définition :

Style : manière de peindre, de bâtir et de sculpter ou à une époque : roman ou gothique, baroque ou classique.

Conclusion : Style baroque et style classique s’opposent, mais on les trouve souvent dans un même pays et parfois même mélangés dans un bâtiment.